An orange circle and a purple circle represent connectivity.

Tim Bigwood est le genre de personne à qui on aimerait confier son équipe de football ou avec qui on serait ravi de partir en randonnée dans les Alpes. Qu’il s’agisse de sa fonction, il y a un an, en tant que directeur général des ressources humaines chez Trapeze Group en Amérique ou des tâches plus simples comme conduire ses enfants à leurs compétitions sportives le week-end, il donne toujours le meilleur de lui-même.

Il fait preuve d’une grande disponibilité et s’efforce constamment de bien faire les choses. Alors, pourquoi tant de motivation et de détermination ? C’est une longue histoire…

« Je pense que j’ai toujours adoré rendre service aux autres », explique Tim, originaire de Long Island, dans l’État de New York. Son plus grand souhait était de devenir médecin au départ, mais il ne supportait pas la vue du sang et avait du mal à faire un simple don de sang. Il a donc changé de cap pour étudier les sciences politiques et l’espagnol à l’université de Richmond. À l’époque, un camarade de sa promotion se levait tôt pour participer à des séances d’entraînement épuisantes dans le cadre du programme de formation des officiers de réserve pour l’armée américaine. Suite à un pari, Tim a décidé de se joindre à lui pour prouver qu’il en était incapable.

De fil en aiguille, Tim s’est engagé dans l’armée après l’obtention de son diplôme. « En gros, c’est suite à un pari que j’ai fini dans l’armée », dit-il en riant. « J’avais envie de faire quelque chose de vraiment spécial dans l’armée. Je suis donc devenu officier du corps des transmissions et parachutiste en poste à Fort Bragg, ce qui m’a permis d’effectuer des sauts pendant un certain temps ».

Cette installation de Caroline du Nord porte désormais le nom de Fort Liberty, l’une des plus grandes bases militaires au monde. Grâce à cette expérience, il a acquis des bases solides qui lui ont permis de nouer des amitiés durables et d’agir avec calme et détermination malgré les pressions auxquelles il était soumis, dans les moments décisifs. (De plus, il s’est donné pour mission de se maintenir en forme pour faire de la plongée sous-marine et peut-être de l’alpinisme à nouveau. Il a en effet gravi avec succès le Kilimandjaro en compagnie d’un groupe de 5 camarades de l’armée en 2020).

La mission des parachutistes, en cas de conflit, consistait à passer derrière les lignes ennemies et à s’emparer des aérodromes, facilitant ainsi l’accès aux matériels et au personnel. Il était responsable de la gestion de toutes les communications radio. Il explique également avoir beaucoup appris sur l’importance de servir le public et de nouer des relations.

« Il y a là-bas une sorte de fraternité ou de solidarité, ce qui représente une énorme opportunité. J’ai appris à nouer des liens et à développer des relations de confiance avant la crise. »

Les systèmes essentiels pour les logiciels de sécurité sont devenus le point de focalisation d’une carrière impressionnante.

Au terme de ses trois années de service, achevées juste avant le 11 septembre, Tim a maintenu le contact avec le ministère américain de la Défense. Il a rejoint un cabinet de conseil spécialisé dans la conception de systèmes de communication pour l’armée, améliorant ainsi les systèmes qu’il avait utilisés en tant qu’officier des transmissions. Il habitait à Augusta, en Géorgie, à l’époque, mais a ensuite déménagé à Atlanta pour occuper un poste au sein de la même entreprise, notamment à cause de la vie sociale dans la ville et de la possibilité de travailler dans la lutte contre le bioterrorisme, en soutien aux prestigieux Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), basés à Atlanta.

« Nous disposions d’antibiotiques d’une valeur de plus de 2 milliards de dollars répartis sur l’ensemble du territoire américain et accessible en cas d’attaque terroriste nucléaire, biologique ou chimique », explique-t-il, ajoutant qu’il gérait toutes les communications du CDC pour les unités d’intervention technique (Technical Advisory Response Units – TARU). « La mission consistait à s’assurer que les infrastructures locales, telles que les hôpitaux, ne manquent jamais des médicaments dont ils ont besoin ». Le rôle de Tim était de diriger une équipe chargée d’apporter des vaccins ou du matériel médical, ou de s’occuper des communications entre le personnel d’urgence et le CDC.

Il fit également la connaissance de sa future épouse, titulaire d’un doctorat en physiothérapie, en discutant depuis le balcon de son appartement à Atlanta. « J’ai pris l’appartement situé juste en dessous du sien, de là est née une sorte de relation à la Raiponce, et nous nous sommes vraiment bien entendues ».

Ils ont déménagé à Winston-Salem, en Caroline du Nord, et y sont restés. C’est une ville à la fois rurale et verdoyante où il fait bon vivre pour ses trois enfants, âgés respectivement de 16, 14 et 11 ans, et qui offre davantage de possibilités d’évolution de carrière dans le domaine de la transformation numérique. Il a participé à la mise en place des technologies de maintien de l’ordre, notamment le partage de données à distance pour les services de police, du Pentagone aux agences de police des États, en passant par de nombreux services locaux. Il a également supervisé une société de logiciels pour le transport routier commercial en Amérique du Nord et en Australie afin d’améliorer la sécurité et l’efficacité des véhicules.

Pour lui, se lancer dans le transport de personnes avec Modaxo est tout à fait logique. « Les gens en ont besoin pour travailler. Pour moi, tout revient à l’idée de dévouement. »

Comme d’habitude, Tim s’appuie sur une approche pratique, discutant avec les équipes des clients pour mieux connaître leurs méthodes de travail et leurs points forts. À titre illustratif, la visite d’un garage de maintenance des transports en commun à Dayton, dans l’Ohio, ne représente qu’un des points forts de son rôle dans Trapeze jusqu’à présent – et d’autres sont encore à venir.

« Même si je n’ai pas eu à manger par terre, c’était le seul garage où cela ne m’aurait pas dérangé ». Les murs sont peints en blanc et ils ont installé toutes sortes de lumières en plus », explique Tim à propos de sa visite avec le directeur de l’établissement.

« C’est important de servir des gens qui sont fiers de ce qu’ils font ».


Continue d'explorer