An orange circle and a purple circle represent connectivity.

« Je suis un geek des transports. »

En tant que directrice générale du groupe Trapeze au Royaume-Uni, Lucy Naylor ne se lasse pas des données sur les transports, des stratégies de développement et de la logistique sur le terrain des transports en commun. Elle dirige certaines des mises en œuvre logicielles les plus avancées au monde pour les systèmes de transport intelligents.

En d’autres termes, il s’agit d’un bon ajustement. Le secteur des transports a la chance de bénéficier de sa forte volonté et de son éthique de travail à retrousser les manches.

« Aujourd’hui encore, je pourrais gérer un service de bus », dit-elle à propos d’un parcours professionnel entamé en tant que coordinatrice des services de transport chez Sheffield Community Transportation dans le South Yorkshire, en Angleterre.

Elle vit aujourd’hui dans un petit village près de Manchester, où elle s’est mise au jardinage pendant le confinement de la pandémie et a fait pousser autour de son jardin une étonnante bordure de fleurs sauvages qui s’est convertie en refuge pour les abeilles. Tout ceci en jonglant avec les exigences d’un nouveau bébé.

« Donc, à 22 ans, j’étais responsable de tout, de l’achat des véhicules au recrutement des chauffeurs », raconte Lucy. « Je planifiais les itinéraires, ce que je faisais sur papier au début. Je prenais toutes les réservations, généralement des petites vieilles dames qui étaient soit adorables, soit qui vous criaient dessus. J’ai tout fait pendant deux ans et demi. Je ne pense pas que l’on puisse avoir de meilleures bases dans ce secteur. »

Elle a envisagé de devenir géomètre, mais s’est rendue compte qu’elle n’avait pas les compétences nécessaires en matière de dessin. Elle s’est donc rapidement tournée vers les études de géographie urbaine, qui ont fait mouche. Elle a tout appris, de la politique africaine aux transports en passant par la cartographie socio-économique, et a décidé de se lancer dans les transports.

« Mon mémoire de fin d’études portait sur les transports. J’ai élaboré une conception de réseau et j’ai interviewé des fournisseurs de transport », dit-elle.

Par pure coïncidence, alors qu’elle cherchait un emploi après avoir obtenu son diplôme, elle vit une annonce pour un poste de coordinateur des transports dans l’une des organisations qu’elle avait interviewées, la Sheffield Community Transportation. Ils lui ont offert le poste sur-le-champ et ont laissé une marque indélébile sur sa propre trajectoire professionnelle.

Elle estime que son patron était en avance sur son temps et qu’il avait la vision de rendre les transports réellement accessibles : « Tout itinéraire qui n’allait pas rapporter beaucoup d’argent, il obtiendrait le financement et mettrait en place un nouvel itinéraire tant qu’il y avait un objectif communautaire viable derrière », dit-elle.

« Il a vraiment repoussé les limites en mettant en place ces lignes semi-flexibles et toutes ces choses dont nous parlons encore aujourd’hui comme étant des nouveautés. Il le faisait déjà en 2003. »

C’est sa volonté d’être à l’avant-garde de l’industrie qui a finalement amené Lucy à Modaxo. « Je viens d’un client, je suis donc l’une de ces rares bêtes où nous avons recruté chez un client », dit-elle, expliquant que sa première introduction à Trapeze a été la formation au logiciel pour sa compagnie de bus de Sheffield.

« Je suis entrée dans la formation et ai rencontré quelques personnes de Trapeze sans avoir la moindre idée de ce qui se passait. À l’époque, personne dans mon organisation ne connaissait vraiment l’informatique, alors tout le monde a pris du recul, et j’étais en quelque sorte la dernière survivante et je suis devenue responsable de la mise en œuvre », dit-elle en se remémorant cette épreuve du feu.

Elle a même recruté certains de ses amis pour l’aider à saisir les données de l’itinéraire pendant le week-end tout en s’acquittant de ses responsabilités professionnelles quotidiennes. Et lorsque le nouveau système a finalement été mis en service, elle est devenue la personne à contacter pour diriger l’intégration du logiciel pour d’autres compagnies de bus affiliées.

Puis Trapeze a rendu visite à Lucy et l’a invitée à travailler directement avec l’entreprise. Plus de 15 ans plus tard, elle est plus un gourou des transports qu’un geek.

« Je pense que faire circuler les gens devrait être excitant. Cela doit être clair, direct et facile à comprendre. Je pense que notre rôle est de le rendre compréhensible. Ça semble si basique. Chaque application que nous fournissons, chaque bit de données, améliore le processus et la vie des gens. »


Continue d'explorer